Après

Quand les silences font surgir et soulignent les sons, peignent les bruits les plus infimes,

quand les regards murés apprennent à écrire, que l’attente devient source de créations,

que les mouvements les plus intimes reprennent la place qu’ils n’auraient jamais du quitter,

qu’une vie souterraine se révèle source d’inspiration, tout est possible.

Alors on troque sa palette contre la page blanche.

J’entends, je regarde, je découvre et j’enregistre un texte, une petite bafouille imaginée entre quatre murs,

quatre murs qui ne pourront jamais interdire la liberté d’aimer, de ressentir, de vivre intensément ces instants arrêtés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *