J30 – Christofer Bjurström

Pandémie 2

 

Le confinement ramène du concret à la musique. C’est un nouveau matériau de travail, ce concret. Comme des enregistrements, des bandes magnétiques. Il est un outil inséparable de la création. Il impose ses limites à l’art musical. Ce n’est pas l’art des bruits, c’est Art dans le confinement. Au delà des bruits, des bruiteurs et des bruitistes comme Luigi Rossolo au début du XX° siècle.

John Cage (1912-1992) a commencé à préparer le piano avec ce qu’il trouvait autour de lui, métal, caoutchouc, bois, plastique… Le piano préparé, repousse les frontières de l’art musical. Il est plus qu’un piano, il devient orchestre. C’est sans doute par cet exercice, ici teinté d’humour, que le musicien cherche à retrouver la sonorité d’un Ensemble lorsqu’il est confiné.

Pierre-Marie PEM Braye-Weppe, curateur du festival des Arts Confinés.

 

 

« Est-ce vraiment utile ? Sans doute pas, mais la musique naît souvent de nos préoccupations, des croisements d’idées, des émotions, tout aussi bien que des images et des objets qui nous entourent. Donc, oui, faire un morceau de musique est dérisoire, mais contrairement au virus, le dérisoire ne tue pas. Alors, autant y aller. Et plutôt que d’enfouir ces moments musicaux dans mes propres archives, autant les partager avec qui veut. Par écran interposé, mais oui, faisons avec ce qui est possible. »

Christofer Bjurström, artiste musicien

 

 

En savoir plus sur …

www.cbjurstrom.eu

https://www.youtube.com/channel/UCipxerxzLkfvsYHGnVuL4hQ

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *