Cogito ergo sum

Chaque mot, chaque geste révèle nos conflits sociaux, les contradictions de la vie quotidienne, en tentant de les réveiller en écho dans le corps même du spectateur, pour ne pas qu’ils glissent seulement sur sa peau, pour qu’ils soient, pour qu’ils rentrent dans sa peau.Il faut que le théâtre devienne action, dénonciation, qu’il sorte de l’espace scénique, qu’il brise le mur.
Nous devons rendre à la vie sons sens et son importance en la représentant, en étant son représentant.
Nous devons faire du théâtre un besoin collectif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *