J13 – Cora Laba

Essentielle Mimi

 

Il y a les oeuvres spontanées et les oeuvres « souvenir d’un passé aéré » (aéré étant l’antonyme de confiné). Cette journée de festival des Arts confinés avec Cora, Otto et François nous exprime la création en mutation. Otto Lechner est aveugle. Cora Laba aime les gens François Rascal est curieux de l’au delà de son confinement. Les trois oeuvres qui ont été façonnées pendant le confinement sont des souvenirs, souvenirs de rencontres, de voyages, de sons voire de bruits.

Arnaud NANO Méthivier, curateur du festival des Arts confinés.

 

 

«  Premier lever du jour sur les confins des Alpes confinées,

Mimi ne s’est pas réveillée ce matin.

Elle a sûrement voulu en rester là :

Quatre-vingt quinze printemps de fleurs de montagne, et s’éviter de passer des journées infinies sans entendre sonner à sa porte.

Comment aurait-elle fait ?

Elle qui profitait de chaque rencontre pour sortir de son gosier une de ses chansons, toutes notées dans un de ses nombreux cahiers gardés dans une boîte à chaussure depuis presque un siècle.

Entre les bouteilles de vin arrangés et les gâteaux.

J’ai beaucoup pleuré ce matin.

Pas parce qu’elle n’était pas prête, non, elle me prévenait à chaque fois que ce serait bientôt fini. Forcément.

J’ai beaucoup pleuré, égoïstement, parce que la dernière fois que je suis passée devant sa maison, je ne me suis pas arrêtée. « La prochaine fois », me suis-je dit en apercevant sa silhouette derrière sa fenêtre.

(…)

La dernière fois qu’on a passé un moment ensemble, dans sa cuisine à boire son fameux Rakabi, je lui demande s’il y a une chose essentielle qui traverse sa vie.

Par chance, j’ai tout enregistré. »

 

 

Cora Laba, muscienne, aventurière artistique

 

En savoir plus sur…

 

 

www.coralaba.art

www.soundcloud.com/cora-laba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *