J31 – Franziska Junker

Le Petit Chaperon rouge prend un autre chemin

 

L’insoutenable légèreté de l’être,

Quelle qualité − de la gravité ou de la légèreté − correspond le mieux à la condition humaine ?

Où s’arrête le sérieux pour céder la place au frivole, et réciproquement ? 

Franziska Junker, est une jeune artiste d’origine Allemande qui aime la vie et qui n’a cesse de jouir de la bouteille à moitié pleine, sans apercevoir qu’elle est à moitié vide.

Cette légèreté de l’être peut-être insupportable pour les autres. Cela ne donne pas pour autant raison aux autres.

Franziska est une Poétesse de la vie, certainement la posture la plus intéressante pour supporter l’évolution de l’espèce humaine.

Elle nous offre ce jour, de la lumière, de la bonne humeur, de la fantaisie et de la poésie.

Arnaud NANO Méthivier et Pierre-Marie Braye-Weppe, curateurs du festival des arts confinés.

« Je vous souhaite beaucoup du soleil et des pensées merveilleuses porté par le vent du présent .

Voici la fin normale du « petit Chaperon Rouge » (D’après Charles Perrault) :

Ma mère-grand, que vous avez de grands bras ? C’est pour mieux t’embrasser, ma fille. Ma mère-grand, que vous avez de grandes jambes ? C’est pour mieux courir, mon enfant. Ma mère-grand, que vous avez de grandes oreilles ? C’est pour mieux écouter, mon enfant. Ma mère-grand, que vous avez de grands yeux ? C’est pour mieux voir, mon enfant. Ma mère-grand, que vous avez de grandes dents. C’est pour te manger. Et en disant ces mots, ce méchant Loup se jeta sur le Petit Chaperon rouge, et la mangea. »

Franziska Junker

En savoir plus sur Franziska Junker

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *