J31 – Marion Grégori

La Fringante

 

 

L’environnement du spectateur confiné est changeant. Lorsqu’un spectateur non-confiné est dans une salle de spectacle, il bénéficie à peu de choses près des mêmes conditions d’attention et d’écoute que son voisin. Le son est globalement uniforme, et la vue s’accommode du même environnement lumineux où que l’on soit dans la salle.

Dans cette oeuvre de Marion Grégori, c’est avant tout le mouvement qui nous a attiré, plus que la musique. Surement parce que lorsque nous écoutons cette oeuvre audio-visuelle, nous n’avons pas les conditions acoustiques nécessaires pour écouter pleinement Offenbach : notre ordinateur n’a pas le bon son ou le bon volume, ou bien le casque n’est pas branché, ou bien des enfants crient dans la même pièce, ou bien nous n’aimons pas Offenbach et nous coupons le son. Chose qu’il est impossible à faire dans l’art vivant.

Alors pour ceux qui comme nous, souhaiteront se concentrer uniquement sur le mouvement de Marion Grégori, nous vous proposons une version sans son (version sourde). Ou vous pourrez également diffuser la musique de votre choix et ainsi vous inventer la multitude d’histoires que raconte l’artiste de ce soir avec beaucoup de sensibilité.

Bonne expérience à vous !

Pierre-Marie PEM Braye-Weppe et Arnaud NANO Méthivier, curateurs du Festival des Arts Confinés.

 

« Confinement 1

J’ai été prise par un torrent d’idées, d’énergie, de volonté de faire et impossible de canaliser tout ça. Comme s’il fallait vite faire avant que tout reprenne, et ne surtout pas perdre une seconde. Devenir rentable en cette période unique ! Je devenais coupable de me poser, d’être en patience.

Confinement 2

Epuisée, je retrouve mon corps, mon essentiel, sa texture et écoute les sons qui m’entourent avant d’en rajouter. Le temps fait sens, chaque choix est dégusté dans son entièreté. »

Marion Grégori

 

En savoir plus sur …

http://mariongregori7.wixsite.com/la-fringante
https://m.facebook.com/profile.php?id=104420124588571&ref=content_filter