J39 – Véronique Fourmaux

Les Cocos

 

On trouve dans ce festival un Art né en des temps particuliers et incertains. Les pièces manquent, les matières se font rares, le format vidéo impose une création 16:9. Depuis 39 jours, nombreuses sont les tentatives d’éviter de suivre les codes imposés par les outils numériques.

Aussi existe t’il dans quelques procédés techniques basse-résolution, comme le GIF, la possibilité d’animer l’« inanimable » et de faire croire à l’esprit d’un confiné, que cela est bien possible. Un début d’animisme, peut-être ?
Croire aux objets d’art, production de toutes espèces, présentant un caractère spontané et ayant pour auteur(e)s des personnes obscures.

L’Art confiné s’il se poursuit encore longtemps, sera surement inédit par sa rebellion envers les codes « créatifs » numériques, tous issus du ludo-marketing moderne. A l’inverse de l’Art Brut, il ne serait pas un refus de toute référence culturelle, mais plutôt une volonté universelle des Hommes de chercher un accès extraordinaire à la culture en temps de distanciation sociale.

Pierre-Marie PEM Braye-Weppe et Arnaud NANO Méthivier, curateur du festival des Arts Confinés.

 

« Trouver à l’intérieur ce qui peut nous ouvrir la porte vers la liberté. Alors, dansons, maintenant! »

Véronique Fourmaux, artiste peintre.

Ce sont les 3 seuls modelages que j’ai faits en papier mâché. Et c’est vraiment le deuxième jour du confinement que j’ai tout fabriqué : La colle, avec de la farine qui faisait galoper les gens dans les rayons… La finition avec du papier toilette (Oh ! Sacrilège).Tout le reste, trouvé dans la maison. Je suis artiste peintre, mais mon site web n’existe plus.

 

 

En savoir plus sur…

https://www.facebook.com/veronique.fourmaux

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *