J48 – Benoit Quiteve

Je ne sortirai plus mon couteau

Le créateur s’adapte.

Il n’est jamais confiné pour s’exprimer, car il a la ressource d’inventer avec les outils à sa disposition, et l’environnement dans lequel il évolue.

Les outils principaux sont le coeur, l’imaginaire, la sensibilité.

L’artiste confiné les emporte toujours avec lui, dans les confinements les plus rudes, des prisons, camps de réfugiés ou d’internement, hôpitaux psychiatriques, goulags, afin de témoigner du monde contemporain.

Arnaud NANO Méthivier et Pierre-Marie PEM Braye-Weppe, curateurs du Festival des Arts confinés.

« Faire avec les moyens du bord. Mais parfois les moyens – qu’ils soient du bord ou du centre – deviennent opérant lorsqu’il y a urgence. Il y a urgence. Quoi faire de ce temps ? Ce temps, quel temps ? Momentanément le nôtre. Pas celui des multinationales.

De cet extérieur-monde interdit ne restait plus que ce retranchement intérieur.  « Nos » images, en vrac !

Benoît Quinon (l’auteur confiné) et Benjamin Kauffmann (le comédien confiné) ont fabriqué leur urgence. Chacun de leur côté. Faire monde avec soi-même et rendre monde à l’autre. Utiliser les flux internet pour acheminer des images, des voix ; la matière de soi qui devient l’objet de sa propre auscultation. Matière compressée, abîmée, pixellisée. Mais parvenue. À l’autre. Une matière entendue, montée, démontée, triturée. Questionnée. En somme, une matière vivante sur notre propre recroquevillement.

Une trace de nous-même dans ce présent-ci. Dans la force de ce temps-là »

Benoit Quinon – Monteur

 

En savoir plus : Youtube 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *