Le fil d’ Archal

Dans les ombres portées de la vitesse lumière confinée, le fil d’Archal tend ses extrémités. Un bout au 3e étage à Orléans, un autre à la campagne, pour quelques sons et mots funambules

Le monde est une diva qui s’étouffe dans son rendu, âme et sa traîne de vieille mariée, boueuse et déchirée, emporte les restes de la fête accrochés aux dentelles

La prairie s’est vidée, les marcheurs font silence

Les troupeaux disparus reposent en nos mémoires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *