J51 – Magali Rousseau

Attention Pinocchio

Art Confiné / temps présent : c’est révéler l’intérieur. Parler avec intégrité, ne pas voiler la vérité. Nous savons ce que bon nombre d’entre nous cachent (gouvernants, citoyens, industriels, criminels, religieux…) mais ils se cachent derrière la raison. Cette raison qui peut nous faire comprendre le mensonge, et le juger compréhensible quand bien même il serait inacceptable. Cette faculté à raisonner, se raisonner, pour donner une raison à une action même la plus dangereuse, la plus incohérente, la plus irraisonnée. Voilà ce dont beaucoup d’entre nous usent pour faire porter beaucoup de responsabilités.

Ce sont des questions de raisons que ne se posent pas les chasseurs, les animaux. C’est aussi une question que Pinocchio ne peut pas se poser, car chez lui son instinct ne veut pas tromper les autres. Il est irraisonné dans sa raison. Il révèle qu’il le veuille ou non, son intérieur. Il n’a pas le contrôle. Un « humanoïde » honnête malgré lui.

Pierre-Marie PEM Braye-Weppe et Arnaud NANO Méthivier, curateurs du Festival des Arts Confinés

 

« Comment rester insensible, en tant qu’artiste, à ce qui se passe actuellement dans le monde ?

Par le biais de mes illustrations , j’essaie de transmettre mes réalisations, questions, émotions, que tout un chacun peut ressentir en ces moments difficiles.

Entre infos, intox, partages, coups de gueules, craintes, témoignages, dans les médias et les reseaux sociaux, il y a à boire et à manger.

L’ art est un vecteur favorable à la réflexion évolutive, me permettant de véhiculer sur un ton léger des messages de soutien mais aussi de sensibilisation par rapport à la nécessité de rester vigilents et responsables pour ne pas propager davantage le virus covid 19.

J’ai toujours eu un vif interet pour la condition humaine, la société, le monde qui nous entoure.
Cette période que nous vivons, bouleverse les codes. ce qui la rend d’autant plus intéressante pour la création, propice à la réflexion tant  sur la société que sur nos modèles de consommation.
Créant habituellement au quotidien de manière isolée, les conditions de confinement me permettent  de poursuivre en me retrouvant avec moi-même, tout en ayant un regard pointu sur le monde extérieur.

Je conserve ma place d’observatrice, une partie de moi confinée à l’intérieur, et l’autre, projetée à l’extérieur.

A priori, cela ne devrait pas être trop perturbant, si ce n’est que, monter des expositions, pouvoir partager mes réalisations, échanger avec d’autres artistes, le public, restent une motivation essentielle et demande des déplacements, des recontres réelles de préférence. Il se pose aussi la question des possibilités de trouver le matériel nécessaire à certaines réalisations.

Comment faire pour continuer à le permettre sans mettre en danger qui que ce soit?

Le covid 19 nous oblige à réfléchir, prendre le temps.

 Pour chacun, c’est un bon exercice pour nous réinventer. C’est le moment d’avoir des idées différentes  Cela nous sort de notre zone de confort.
Cette pandémie, qui met la planète à l’arrêt, pousse au questionnement.

Sans écarter la peur qui prend parfois le dessus, nous sommes invités à la  réflexion sur le plan social et à se remettre en question.

Nous sommes à un moment fondamental de nos vies qui impacte des changements personnels de nos habitudes, et devraient motiver une chaîne pour changer nos sociétés.

 Mais déjà, alors qu’un déconfinement progresiste est reflechi, et pose questions et problématiques certains se montrent amnésiques.

Je crains que la vie reprenne son cours, comme si rien ne s’était passé alors qu il est cruciale de poursuivre une vraie réflexion de fond, sur le long terme. Il  faudrait redémarrer différemment, avec une prise de conscience progressive. »

Magali Rouseau

En savoir plus sur …

https://www.facebook.com/revasions

https://twitter.com/MagaliRousseau8?s=09

Instagram : @magalette70

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *