Saison 1 : repérages et équipage 2019/20

Mais en vrai, je fais quoi?

Tout ce qui suit est encore à l’état de rêve, comme une possible voie parmi toutes celles possibles…… Nous réaliserons tout en fonction des personnes impliquées dans ce projet et avec elles ! Partenaires, participants, institutions, artistes sont pour nous parties prenantes et agissantes dans le processus de création et si les choix ultimes en termes de cohérence globale seront nécessairement de notre fait, « Le Rance n’est pas un fleuve/Titre provisoire » sera ce que nous choisirons d’être, il ressemblera aux rêves que nous aurons choisis de réaliser, aux désirs que nous aurons acceptés.


Le Rance n’est pas un fleuve (titre provisoire) : 
Création 2020-2022 en trois saisons

Le Rance n’est pas un fleuve (titre provisoire) est un projet de mise en scène d’un spectacle dans lequel des « invisibles », seront les vrais protagonistes invités à participer et à poser un geste artistique. En gestation dans mon esprit depuis quelques années, ce projet a commencé à se mettre en œuvre début 2019. Un des premiers interlocuteurs a été l’Hôtel Pasteur qui s’est proposé d’être une sorte de foyer pour le projet, une place de croisements des questions qu’il ne manquera pas de soulever. S’ensuivent d’autres échanges auprès de la Ville de Rennes, du lycées Bréquigny et du Relais Centre : le projet prend alors forme et est lancé. Toute l’année 2019 a été consacrée à multiplier les rencontres avec des personnes issues de la rue et des partenaires sociaux, culturels et institutionnels. Cela nous a permis d’élargir le champ des individus rejoignant l’aventure et de nous construire un terreau commun d’interconnaissance. Nous réaliserons en effet tout en fonction des personnes et des structures impliquées dans ce projet et avec eux ! Partenaires, participants, institutions, artistes sont pour nous parties prenantes et agissantes dans le processus de création et si les choix ultimes en termes de cohérence globale seront nécessairement de notre fait, « Le Rance n’est pas un fleuve» sera ce que nous choisirons d’être, il ressemblera aux rêves que nous aurons choisis de réaliser, aux désirs que nous aurons acceptés.
Il se développera sur les 3 années qui viennent pour aboutir à la création par des représentations au printemps 2022.
Les gens qui participent à la construction d’un geste artistique mené avec des professionnels et dans un contact avec des participants d’autres générations, d’autres réalités, ressortent grandis par cette expérience, convaincus de leur responsabilité, valorisés et respectés dans le regard des uns et des autres. Au niveau des apprentissages, cette expérience permet d’engager les jeunes et moins jeunes dans une vraie démarche de projet en éprouvant la confiance en soi. Au-delà de l’apport personnel pour chacun et quel que soit son âge, sa situation sociale, la dimension intergénérationnelle de l’expérience vient concrétiser des valeurs sociétales telles que le partage, la solidarité, le respect. Elle rend ainsi tangible l’appréhension des différences et des similitudes entre les personnes tout en redonnant son sens plein au lien social, militant pour une société dans laquelle chaque individu a sa place et sa raison.
Il s’agit de pouvoir vivre jusqu’au bout l’expérience d’un projet conçu entièrement de A à Z. Pourquoi dire de A à Z ? parce que depuis une dizaine d’années, Massimo Dean s’attache à construire des spectacles avec des protagonistes non professionnels, qu’il associe à toutes les dimensions que recèlent un projet de création théâtrale. Le Rance n’est pas un fleuve se propose de regrouper un ensemble de protagonistes : les premiers protagonistes seront les sans-abris, ce seront eux les acteurs, eux qui prendront en charge le plateau. Tout autour et avec eux, graviteront d’autres protagonistes issus des différents partenariats (lycéens, habitants, étudiants, travailleurs…) qui prendront en charge les autres aspects du projet (régie, scénographie, communication, musique…)
Durant les trois années de ce processus de création, le projet se développera de façon concentrique en s’attachant à repousser les frontières du territoire premier de son action. Ainsi, comédiens, musiciens, élèves de différents établissements scolaires, habitants de différents quartiers de la ville, acteurs du secteur culturel, acteurs du secteur institutionnel, acteurs du secteur associatif, enseignants, chercheurs, jeunes de tous horizons seront mobilisés tour à tour ou simultanément pour concourir en synergie à la réalisation du projet.
Le Rance n’est pas un fleuve se construira sur 3 années, 3 saisons en quelque sorte :
2020 : saison 1 :Repérages et équipage
2021 : saison 2 : Construction du navire
2022 : saison 3 : Mise à l’eau et traversées

One Comment

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *