J22 – Jean Philippe Jarlaud

Une heure

Le mot, le texte deviennent de plus en plus présents au fur et à mesure des confinements.

Le créateur veut échanger.

Correspondance avec un frère, une soeur, une mère et bien plus, (Van Gogh), avec une mère une soeur, une cousine (Mozart),

Le verbe n’est pas étranger aux créateurs. Même avec une apparence d’autistes, ils utilisent l’écrit certainement pour garder un contact avec la société.

Eugène Delacroix a écrit 1500 lettres, Claude Monet plus de 3000, James Abbott Mc Neill Whistler 13000 et Voltaire de près de 20000 pages adressée à plus 1700 personnes.

Le mot n’est pas l’apanage des auteurs, mais celui des créateurs, et bien sûr des créateurs confinés.

L’Art Confiné travaille sur nos besoins, nos manques, notre peur de l’ennui. Le sentiment de manquer, à tort ou à raison, de ce qui nous est nécessaire.

Il traite de façon immatériel des besoins psychologiques, sociaux, selon les individus ou selon les cultures et leur assouvissement n’est pas strictement nécessaire. Ainsi nous oscillons entre le désir de ce manque et le besoin qu’on lui accorde. L’Art Confiné arrête le temps pour matérialiser ce que les êtres humains mettent d’ordinaire des années à réaliser, ou quelques jours à oublier. Des librairies et des commerces ferment chaque jour hors du confinement, les êtres humains meurent habituellement de pauvreté et/ou de faim, et l’on accorde l’importance et le besoin selon le produit de l’histoire de la satisfaction qu’elle nous procure. A nous de ressentir le besoin de le reconnaitre un jour.

 

Arnaud NANO Méthivier et Pierre-Marie PEM Braye-Weppe, curateurs du Festival des Arts Confinés.

 

 

 

Pendant ce second confinement, je prolonge ce que j’avais commencé lors du premier avec la série « Confins » (https://agora-off.com/j2-jean-philippe-jarlaud). Une sorte de journal, organisé en séries. Celle-ci s’appelle « Une heure », cette heure qui est accordée à nos déplacements brefs de loisir. Et si cette limitation obligeait à une autre relation avec notre milieu?

Jean-Philippe Jarlaud

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *